Que faire au Pérou

Quelques lieux d’intérêt à découvrir au Pérou

Situé à l’ouest de l’Amérique du Sud, le Pérou est le troisième plus grand pays du sous-continent avec une superficie de plus de 1 200 000 kilomètres carrés. C’est un pays chargé d’histoire possédant une diversité culturelle incroyable. Le pays des Incas est réputé dans le monde pour ses innombrables sites archéologiques, ses parcs naturels, sa nature foisonnante, sa cuisine riche et variée, ses paysages pleins de contrastes, ses nombreux monuments, son patrimoine culturel, etc. Vous avez toujours rêvé de partir à la découverte de l’Amérique du Sud ? Pourquoi ne pas commencer votre périple par le Pérou ?

Voici une liste non exhaustive des lieux d’intérêt à ne pas manquer lors de votre aventure au Pérou.

Cuzco

L'essentiel du Perou en 12 jours 16 a

Appelée par les Incas « maison et demeure des Dieux », Cuzco ou Cusco est une ville est une ville mystérieuse, charmante, pleine d’histoire et de recoins cachés. Il est à noter que c’est l’ancienne capitale de la civilisation inca. La ville se situe à environ 3 000 mètres d’altitude au sud-est du Pérou au milieu de la cordillère des Andes. Cette belle ville d’altitude mérite vraiment le détour lors d’une escapade au cœur du pays. Elle est réputée mondialement pour son incroyable richesse culturelle et patrimoniale. En effet, Cuzco regorge de monuments historiques, de musées et d’édifices religieux à découvrir. Visiter la ville vous plongera dans plus de 2 000 ans d’histoire du continent sud-américain. Voici quelques lieux d’intérêts à ne pas manquer dans la ville : le Temple du Soleil, San Pedro, la Vallée sacrée des Incas, Museo de Arte Precolombino, Sacsayhuamán (une forteresse inca située à deux kilomètres de la ville de Cuzco), etc.

Le Machu Picchu

12082782_10208315808761290_1680104611_o
Véritable symbole du Pérou, le Machu Picchu a été déclaré Patrimoine Culturel de l’Humanité. C’est une ancienne cité inca (une civilisation précolombienne du groupe andin) du XVe siècle. Ce site archéologique inca est sans nul doute l’un des monuments les plus visités du pays. Il attire chaque année un bon nombre de touristes curieux venant des quatre coins de la planète. Situé à 2400 mètres d’altitude, le site n’est accessible qu’après plusieurs jours de marche pour les plus aventureux en empruntant le fameux « chemin de l’Inca ». Sinon, de nombreux touristes optent pour le train pour rejoindre le sanctuaire. Entre histoire et nature, une fois au sommet, vous apprécierez la beauté naturelle des paysages environnants tout en retraçant l’histoire passionnante des Incas.

Le Canyon del Colca

Le canyon del Colca se trouve au nord d’Arequipa (la deuxième ville du Pérou). Il s’agit d’un canyon profond de 3 400 mètres. D’antan, il était reconnu comme étant le canyon le plus profond du monde avant qu’on ne découvre le canyon de Cotahuasi (profond de 3 535 mètres) qui se trouve au nord-ouest d’Arequipa. Le canyon del Colca est très prisé et très apprécié par les randonneurs du monde entier pour ses paysages hors du commun et ses innombrables sentiers de grande randonnée. Au cours de votre randonnée, vous ne raterez pas la petite ville de Cabanacondé, les Points de vue Achachiwa, les ruines archéologiques de Kallimarka, la Cruz del Condor, etc.

Le Lac Titicaca
lac titicaca

Situé sur la Cordillère des Andes, le Lac Titicaca est le plus grand lac d’Amérique du Sud en volume d’eau (893 millions de m3) et en longueur (190 kilomètres). Sachez à titre indicatif que le lac tient son nom d’un rocher qui se situe sur l’Isla del Sol (une île bolivienne qui se trouve sur le lac) nommé « Titi Khar’ka » (qui signifie Roc du puma). Aujourd’hui, le lac Titicaca est l’une des attractions majeures du Pérou. Parmi les incontournables aux alentours du lac, vous ne manquerez pas les îles de Los Uros (des indiens qui vivent sur des îles flottantes), Isla Taquile (une île vallonnée à environ 40 kilomètres à l’est de Puno), etc. Lors de votre escapade au Pérou à la découverte du lac Titicaca, vous profiterez vraiment de la culture et des paysages de ce lac unique au monde.

 

Ces quelques idées de visite au Pérou ont été suggérées par Sylvie en collaboration avec Prestige-voyages.com 

Recette originale du Ceviche Peruvien

Ceviche Peruvien
Ce n’est pas nouveau, la gastronomie péruvienne est la meilleure d’Amérique du Sud. Il existe une multitude de plats péruviens tous meilleurs les uns que les autres mais une recette sort du lot : le CEVICHE !

Aujourd’hui dans les cuisines du monde entier, le ceviche est et restera péruvien !

Martin Morales, chef péruvien nous fait rêver lorsqu’il en parle:
«Dans un ceviche, une réaction chimique a lieu. La chair du poisson frais invite toutes les saveurs du citron, du piment, du sel. Si tu le manges au bon moment, c’est une petite explosion dans la bouche!»
Au Pérou le Ceviche est une institution, les Cevicherias , restaurants spécialisés dans sa préparation, se comptent par milliers et l´on peut le déguster sous toutes les formes, le classique préparé avec du Maigre/flétan,/mahi-mahi ou encore les mixtes avec des saint jacques, poulpe, autres crustacés et fruits de mer.

Fini le suspense, voici la recette originale du ceviche péruvien.

Ceviche pour 4 personnes:

Ingrédients: 
400 g de filet de poissons
7 citrons verts
2 oignons rouges
2 patates douces
2 brins de coriandre
1 ají limo
1 poignée de canchita (maïs grillé)
1 feuille de salade
sel & poivre

Préparation:

1. Peler les patates douces et les faire bouillir, elles sont prêtes lorsqu’un couteau entre facilement dans la chair, les couper en tranches.
2. Retirer les graines et les veines de l’ají. Détailler l’ají et l’oignon en julienne.
3. Couper le poisson en dés de 3 cm sur 3 cm. Ciseler la coriandre.
4. Ajouter dans un bol le poisson, saler, poivrer et ajouter le jus des citrons. Laisser reposer 3 minutes. Ne pas laisser le poisson dans la marinade plus de 5 minutes, il prendrait un goût amer.
5. Ajouter l’ají, la coriandre et l’oignon, bien mélanger.
6. Présenter le ceviche sur une feuille de salade accompagné des patates douces. Parsemer de canchita.
7. DEGUSTEZ!

30 Raisons de ne jamais aller au Pérou :

Les agences de voyages franco-péruviennes Novalys Travel (séjours luxe: novalysperu.com) & Exode Pérou (exodeperou.com) se sont donnés corps et âmes pour vous livrer après tant d’années de mensonges la vérité sur le Pérou!

1. Que dire ? C’est un pays ou il y a des ruines, sans plus…

Photo by Novalys

Photo by Novalys

2. Un pays sans culture, une nouvelle civilisation…

3. Pérou signifie « abondance » en langue Quechua : mouais…

Photo via Flickr by: Marie Thérèse Hébert & Jean Robert Thibault

Photo via Flickr by: Marie Thérèse Hébert & Jean Robert Thibault

4. Le Péruviens ne sont pas accueillants…

Photo via Flickr by:  Mark Rowland, Novalys & Maurizio Costanzo

Photo via Flickr by: Mark Rowland, Novalys & Maurizio Costanzo

5. Ils sont toujours tristes…

Photo via Flickr by: Maurizio Costanzo

Photo via Flickr by: Maurizio Costanzo

6. Les maisons sont toutes identiques et sans couleur!

Photo via: enperublog.com

Photo via: enperublog.com

7. Il n’y a pas vraiment de diversités géographiques…

8. Quoi de plus banal ?

Photo via Flickr by: SETI

Photo via Flickr by: SETI

9. La montagne c’est moche…

Photo via Flickr by: dyonis

Photo via Flickr by: dyonis

10. La forêt amazonienne ne donne pas vraiment envie…

Photo by:M/V Aqua

Photo by:M/V Aqua

11. La plage non plus…

Photo via: free-stock-illustration.com

Photo via: free-stock-illustration.com

12. L’artisanat local manque de couleurs, c’est terne !

Photo via Pinterest : inkkas.com

Photo via Pinterest : inkkas.com

13. Ils ont un style vestimentaire très européen…

14. On mange toujours la même chose et ce n’est pas très bon… (qui peut aimer le Cevice??)

Photo via Flickr by: James

Photo via Flickr by: James

15. Vraiment bof…

16. Beurk !

Photo via Flickr by: Laura Sanchez

Photo via Flickr by: Laura Sanchez

17. A part 2 ou 3 Lamas, on ne voit pas grand chose…

Photo via Flickr by: Sebastien Rigault

Photo via Flickr by: Sebastien Rigault

18. Rien de vraiment sauvage…

Photo via: Novalys Travel

Photo via: Novalys Travel

19. Vraiment rien…

Photo via Flickr by: Letícia Lins

Photo via Flickr by: Letícia Lins

20. Très peu de coutumes ou traditions…

Photo via Flickr by: Hannes Rada

Photo via Flickr by: Hannes Rada

21. Les mecs ne savent pas ce qu’ils font en quad du coup ça donne ça…

22. Les parties de Tetris avec les moyens du bord, qu’est ce que c’est long!

23. Boire un bon cocktail s’avère difficile !

Photo via Flickr by: Maximiliano Barros

Photo via Flickr by: Maximiliano Barros

24. Tu demandes du Coca voilà ce qu’on te ramène…

Photo via: svcalypso.com

Photo via: svcalypso.com

25. Tu dis que tu cherches un animal de compagnie mais pas moyen de trouver un chien!

Photo via Flickr by: Gabriel bermejo

Photo via Flickr by: Gabriel bermejo

26. Niveau sport, c’est très limité !

27. Les transports, il n’y a même pas Uber…

Photo via Flickr by: Rebidio

Photo via Flickr by: Rebidio

28. Même les bateaux sont d’une banalité mortelle!

Photo via Flickr by: German Galvez

Photo via Flickr by: German Galvez

29. Le soleil, ici les couleurs sont pourries!

Photo via Flickr by: clicheforu

Photo via Flickr by: clicheforu

30. Et pour finir, les étoiles, vous pouvez oublier !

Photo via: Amantica Lodge

Photo via: Amantica Lodge

Pas convaincus? Quand même envie de venir découvrir ce pays?

On peut vous aider!

Novalys Travel propose des séjours luxe sur son site novalysperu.com

Exode Pérou propose des séjours jusqu’à 3* sur son site exodeperou.com

INTI RAYMI 2016

3714833714_0e51cd3698_bINTI RAYMI

Cusco ou Qosqo , qui dans la langue des Incas veux dire (selon Garcilaso de la Vega) ,” Nombril du Monde ” , est la principale destination touristique du Pérou , et l’un des plus importants en Amérique et dans le monde , considéré comme patrimoine mondial par l’UNESCO .
A des temps immémoriaux remontent la présence humaine à l’emplacement actuel de la ville, où est apparu, s’est développé et a prospéré la magnificence de la grande civilisation Inca. La capitale a été conçue sous la forme d’un puma, félin considéré comme l’un de ses divinités tutélaires. Par conséquent, Cusco est également connu comme la Ville Puma.

En lieu privilégié de la capitale sacrée, l’Inca Pachacutec a ordonné la construction du Temple du Soleil, un temple somptueux pour honorer le dieu Soleil inca qui appelle Apu P`unchao ou Apu Inti en l’honneur duquel a été consacrée la fête INTI RAYMI, atteignant contours de la solennité et de splendeur, tel que écrit par les chroniqueurs les plus importants.
Il y a plusieurs raisons qui ont amené la civilisation Inca à faire les sacrifices et les offrandes au soleil. La première était que l’Inca, de même que la noblesse de Cuzco, ont été considérés comme des enfants naturels du Soleil ; d’obéir à son existence, et correspondre avec des sacrifices et des offrandes. D’autre part, si la récolte de maïs a été bonne, ils devaient le remercier et si elle était mauvaise, ils devaient le supplier pour l’année à venir d’être compensée par une bonne production.
En Juin (solstice d’hiver), le soleil s‘en allait, le froid augmentait, à l’aube, l’eau était glaciale, donc, il était demandé à nouveau au soleil, de revenir, et ne pas continuer d’aller au nord. Enfin, ils devaient attester au dieu Inti, l’éternité et l’abandon total de leurs enfants, avec soumission et de respect.

Il y a plus de six siècles, l’Inka Pachakuteq institua la fête du dieu du soleil. Les habitants de Cusco actuellement continuent de représenter l’Inti Raymi avec la même ferveur avec laquelle leurs ancêtres l’effectuaient dans le temps magnifique de l’empire.
L’Inti Raymi, dans sa version contemporaine est faite à partir du 24 Juin 1944, quand les festivités ont été instituées dans la ville en mémoire de leur ancienne origine et berceau de la civilisation Inca.
La Municipalité de Cusco, par la loi n ° 27431 , déclarant l’Inti Raymi comme patrimoine culturel de la Nation et Cérémonie officielle et Cérémonie Rituelle d’Identité nationale, détient la propriété du droit d’auteur de l’auteur de l’Inti Raymi, et son pouvoir d’autoriser la mise en scène partout dans le pays ou à l’étranger .
En tant que tel, la municipalité effectue l’Inti Raymi tous les 24 Juin.
Le 24 Juin, la fête en l’honneur du dieu du soleil, est effectuée en présence de l’Inka, l’Willaq Uma ou Grand Prêtre, le tarpuntay, l’ Wirapirikuq et Kallparikuy, comme les nobles et les représentants des clans, pour qui utilise trois scènes historiques et naturels :
Le Koricancha (clôture or) ou Temple du Soleil: temple principal de Cusco dédié au Soleil, où il est dit qu’était le jardin d’or (ici le premier rituel de culte Apu Inti Pacha Mama et où ont été enterrés de grandes quantité d’offrandes, preuves trouvées en 1972 et sont actuellement dans le Musée Garcilaso INC ) .

La Plaza de Armas, la Place des Armes (ancienne Plaza del Auqaypata ou Place du Guerrier) : Au temps des Incas, cette cérémonie se passait dans cette l’immense place au milieu de grandes Ushnu (plate-forme cérémonielle).
Saqsaywaman (dérivé des termes quechua ” saqsay ” et ” waman » qui traduit en espagnol signifie ” Où le faucon est satisfait “). Situé à 3555 mètres d’altitude, sur les hauteurs de la Ville de Cusco, là où était la Maison Royale du Soleil et le Temple dédié à l’éclair, selon Garcilaso, a lieu ici depuis 1944 la partie centrale la cérémonie contemporaine devant une foule impressionnante.
HORAIRES ET DUREE.
09:30 Qorikancha : début de la mise en scène. Durée 45 minutes 11:00 h. Auqaypata (Place DES armes) : L’Inka et sa cour royale entrent dans la rue Intikijllu. Durée 1 hora.13 : 00. Place centrale de la citadelle de Saqsaywaman : d’une durée de 90 minutes, où les rites du Feu Nouveau, les offrandes des quatre quartiers et la prédiction des temps futurs sont célébrés, entre autres.
Pour assister à l’Inti Raymi, la municipalité, fournit des services nécessaires : sièges confortables en fibre de verre, des radios pour la traduction simultanée dans les deux langues, toilettes portatives, stand d’information touristique, de premiers soins et de sécurité (police et particulier), qui permettre à profiter de la Fiesta del Sol.
Cout des entrées :
La cérémonie centrale de l’Inti Raymi a lieu sur l’esplanade de Sacsayhuaman, dans lequel l’espace des stands a une capacité de 3859 spectateurs, répartis comme suit :

USD $ General Enfants Guides touristiques
Zona Naranja USD $ 130 USD $ 65 USD $ 65
Zona Azul USD $ 130 USD $ 65 USD $ 65
Zona Verde USD $ 90 USD $ 45 USD $ 45

NOTE : Si vous voulez acheter avec des Nouveau Sol, le prix sera au taux de change du jour.

• Billets enfants : capacité limitée de 50 moins de 12 ans (contrôle du document d’identité).
• GUIDES : capacité limitée de 50 pax avec la preuve d’accréditation.
• Comprend le plan de services, le script officiel de l’événement en 3 langues et un disque DVD de la cérémonie

Dakar 2016, de retour au Pérou!

Le Pérou, absent des deux dernières éditions du Dakar, fait son grand retour en janvier prochain en ouverture du célèbre rallye raid, pour la 8e édition organisée en Amérique du Sud qui traversera également la Bolivie avant de se terminer en Argentine, ont dévoilé jeudi les organisateurs.ScreenHunter_01 Apr. 29 09.39

L’édition 2016 s’élancera de Lima le 3 janvier, pour se conclure le 16 janvier à Rosario, en Argentine, après un passage à Salta, au pied de la Cordillère des Andes.

Pierre angulaire du Dakar depuis le transfert de l’épreuve sur le continent sud-américain en 2009, le Chili n’a eu cette fois d’autre choix que de renoncer à accueillir l’épreuve, en raison des catastrophes naturelles qui se sont abattues sur les régions du nord du pays.
L’aride nord du pays a été frappé le 25 mars par des inondations qui ont détruit des zones habitées du désert d’Atacama, une des attractions majeures de l’épreuve, à environ 800 km au nord de la capitale Santiago.

Le Pérou, d’où sont respectivement arrivées et parties les éditions 2012 et 2013, retrouve en revanche le rallye-raid.
L’ensemble du parcours et du plateau seront dévoilés plus tard dans l’année, le 18 novembre à Paris.

 

http://www.20minutes.fr/sport/1588263-20150416-dakar-2016-perou-fait-retour

Des télécabines permettront aux touristes de visiter le site archéologique de Kuélap

L’État péruvien a signé il y a quelques jours un contrat de concession de 20 ans au consortium formé par l’entreprise française Pomagalski, conceptrice de solutions de transport par câble, et la société péruvienne ICCGSA, pour prendre en charge la construction, la conception et la mise en place du projet de télécabines du site archéologique de Kuélap pour un montant de 17 millions de dollars.

Le président de la république péruvien, Ollanta Humala, a souligné que ce projet de téléphérique pour le site archéologique de Kuélap, situé dans la région Amazonas, devrait permettre à la région nord du pays d’apporter une offre touristique plus complète et compétitive comme celle du sud.

« Kuélap peut être un second Machu Picchu, tranquillement, et peut faire surgir et créer un circuit touristique et économique important dans la zone nord-orientale », a-t-il affirmé lors de la signature du contrat. Le chef de l’État a par ailleurs ajouté que ce projet témoigne de la confiance accordée au Pérou, un pays qui génère des investissements et qui permet aux entreprises étrangères de s’impliquer dans l’économie « c’est parce que le Pérou suscite la confiance que nous avons une économie robuste et que nous faisons ce qu’il faut faire pour résoudre jour après jour nos problèmes, de cette façon nous sommes en train d’œuvrer pour que le tourisme au Pérou continue à grandir ».

« Avec Kuélap, nous pouvons articuler tout un pack touristique aussi compétitif qu’au sud », a précisé le dirigeant sud-américain. Les cabines du téléphérique devraient être en fonction en 2016, chacune d’entre elles pourra transporter 26 personnes sur un parcours de 4 km à une vitesse moyenne de 22 km/h, ce qui devrait réduire le temps de trajet de presque 3 h à pied à 20 minutes, de quoi motiver les touristes un peu réticents. Les autorités péruviennes espèrent attirer annuellement plus de 100 000 touristes. La ministre du Commerce extérieur et du Tourisme, Magali Silva a, quant à elle, souligné l’importance de dynamiser le tourisme dans la région amazonienne nord oriental du Pérou, un objectif de 300 000 visiteurs par an pourrait même être atteint selon elle. « Nous allons pouvoir observer ce paysage qui connecte ce milieu verdoyant avec la culture Chachapoyas, une culture millénaire et qui en plus, a marqué le contact des cultures incas et préincas de notre Amazonie ». Elle a également souligné que ce complexe touristique devrait être à l’origine de la création de 150 emplois.

Le Mincetur considère que le projet de télécabines de Kuélap permettra de renforcer l’offre touristique de cette zone actuellement impulsée par la Ruta Moche. À terme, ce sont environ 1000 passagers par heure qui pourront être transportées via ce système aérien. Ce projet devrait par ailleurs permettre aux populations locales de voir leur niveau de vie s’améliorer, l’augmentation des touristes dans la région devrait permettre le développement de l’artisanat, de l’hôtellerie, des transports, mais aussi des infrastructures en électricité ou encore des routes. Le service de télécabines débutera dans la station d’embarquement situé dans le district de Tingo Nuevo, où les visiteurs seront transportés dans des bus touristiques et parcourront environ 3 km avant d’accéder à ce moyen de transport leur permettant d’observer une vue unique.

Superbement située à environ 3000 m d’altitude au-dessus du niveau de la mer, la cité de Kuélap (redécouverte en 1843 par le juge de Chachapoyas Juan Crisóstomo Nieto) s’étend sur 460 hectares et offre un panorama unique sur la végétation environnante, elle constitue le plus vaste et le plus significatif site chachapoya. À cette altitude, la forêt tropicale (la selva) regorge de forêt de nuages qui abritent de superbes broméliacées et orchidées qui recouvrent les remparts de la cité archéologique.

À son apogée, Kuélap réunissait jusqu’à 3500 habitants, au milieu d’un voile de nuages, d’ailleurs le nom Chachapoyas signifie « peuple des nuages », une référence à leur environnement naturel aussi merveilleux qu’exigeant. Sa structure principale est une imposante forteresse longue de 600 m et large de 120 m, en son sein se trouvent les vestiges de plus de 400 édifices circulaires autrefois couverts de toits de chaume pentus et coniques. Bien que certains vestiges proches de l’entrée principale remontent au VIe siècle après Jésus-Christ, ce que l’on sait, grâce à la datation au carbone 14, permet d’affirmer que la majeure partie de la construction a été bâtie par les Chachapoyas entre 900 et 1100.

 2260054480_23d7d81718_bÀ plus de 1350 kilomètres de distance de la capitale Lima, Kuélap est l’un des trésors archéologiques les mieux gardés du Pérou, nul doute qu’avec un accès facilité, les touristes vont affluer pour découvrir ce lieu unique empreint de l’histoire précolombienne qui a façonné la forte identité culturelle de ce pays.

Le célèbre site inca du Machu Picchu situé dans les Andes attire chaque année près d’un million de visiteurs nationaux et étrangers, de qui donner envie aux autorités d’étendre leurs offres touristiques pour booster l’économie nationale. Reste à savoir quelles seront les mesures environnementales prises pour éviter que ces vestiges ne soient malmenés par une trop forte fréquentation, ce qui est malheureusement le cas pour le Machu Picchu qui pourrait faire son apparition sur la liste des sites en péril de l’UNESCO.

Culture, Pérou — Par Aline Timbert le 20 octobre 2014 à 12 h 14 min

Puno célèbre la Vierge de la Chandeleur

punoChaque année, en cette première quinzaine de février, la population de Puno au Pérou vibre au rythme des festivités dédiées à la Vierge la Chandeleur. La ville de Puno, située à 3870 m d’altitude sur les rives du lac Titicaca, mérite plus que jamais son titre de capitale folklorique d’Amérique du Sud.

En cette période de l’année, en plein été austral, le carnaval rythme les journées de ce lieu des Andes, berceau de la civilisation inca; les rues sont envahies, de musiciens, de danseurs parés de vêtements colorés qui rendent hommage à la Sainte patronne de la ville, la Vierge de la Chandeleur aussi connue sous le nom de « Mamacha Candelaria ». Une croyance ancestrale qui trouve ses racines dans les traditions préhispaniques, et qui aujourd’hui témoigne du syncrétisme d’une population qui a fait face à la colonisation et à l’évangélisation espagnole en conservant son patrimoine d’exception. Il s’agit de l’une des plus grandes manifestations religieuses d’Amérique du Sud, les croyants en liesse prient, honorent et sollicitent la Vierge pour qu’elle leur accorde ses bonnes grâces.

Les célébrations s’étendent sur deux semaines au moyen de manifestations artistiques comme la danse et la musique, les habitants dévoilent avec joie, ferveur, et énergie leur attachement et leur respect envers la Terre nourricière, la « Pachamama » dont l’image se confond avec celle de la Vierge.

Les costumes des groupes folkloriques préparés par chaque communauté peuvent être observés par les milliers de visiteurs dans l’enceinte du « Colosse de pierre » du stade Torres Belón. Les mélodies entêtantes des sikuris, le son des tokoros et des flautas reçoivent pour écho les applaudissements de l’assistance où se mêlent touristes nationaux et internationaux ainsi que locaux. Ce sont près de 50 000 danseurs et musiciens vêtus de leurs habits de lumière qui sont attendus cette année pour les célébrations.

Dimanche 9 février, le concours régional de danses aura lieu au stade, 83 groupes et artistes sont attendus en cette veille de la grande parade organisée en l’honneur de la Vierge sur l’avenue Simon Bolivar. Mercredi 12 février, ce sera au tour de la parade très attendue des Sikuris (groupes musicaux traditionnels des Andes témoignant de la culture aymara), un moyen de conclure en beauté un carnaval unique au monde !

Chronique: Arequipa: Hôtels et Restaurants.

banner-3

Dernier article dédié à la ville d’Arequipa, nous y apportons quelques détails qui ne paraissaient pas dans l’article précédent. Comme je le commentais, l’hôtellerie de la ville est un peux plus chère que les autres villes du Pérou, bien que la ville de Cajamarca, ville dont nous parlerons dans le prochain article ne l’est pas