Aucune demande de visa n’est à faire, seul un passeport électronique en cours de validité dont la date d’expiration est postérieure à 6 mois après votre retour est nécessaire.

Avant tout départ, se renseigner auprès du consulat Péruvien de votre pays, car ces conditions peuvent varier.


Avant tout départ, se renseigner auprès du consulat Péruvien de votre pays, car ces conditions peuvent varier.


Pas facile de s’y retrouver dans cette jungle des prises électriques. Qui n’est pas resté(e) une seule fois en panne faute d’avoir la bonne prise?

Outre le problème des prises électriques, pensez au voltage. En plus des prises rondes, est très répandu l’usage des prises plates à 2 fiches :

Voltage : 110/220 | Fréquence : 50/60 |

Prévoyez donc  un adaptateur multiprises.


Celle-ci est obligatoire, dans la mesure où vous avez réglé votre billet d’avion international avec votre carte bancaire, (Visa, Master carte Gold ………) vous êtes a priori assuré, cependant pour plus de précaution renseignez-vous auprès de votre banque.

A votre arrivée, Exode vous demandera une attestation écrite de votre assurance.


En raison du climat et de l’altitude, il est conseillé d’avoir une bonne condition physique et d’être en bonne santé. Une visite chez votre médecin est recommandée avant votre départ pour tout séjour en altitude, particulièrement pour les personnes âgées ou souffrant de problèmes cardiovasculaires et/ou respiratoires.

Ne doivent pas dépasser 2500 m d’altitude les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, d’insuffisance respiratoire, de maladie du sang ou de problèmes psychiatriques. Cette altitude est également fortement déconseillée aux femmes enceintes, aux bébés de moins de 18 mois et à tous ceux qui souffrent de bronchites chroniques, d’asthme ou d’un état nécessitant des soins spéciaux.


Vaccinations recommandées : Les vaccinations recommandées sont celles contre la diphtérie, le tétanos, la polio, l’hépatite B et A. Thyphoïde pour les séjours prolongés. Si vous envisagez de vous rendre en Amazonie, il est recommandé de vous faire vacciner contre la fièvre Jaune 10 jours avant ; mais cela juste pour un séjour prolongé. D’un point de vue général il est conseillé de réaliser toutes les vaccinations nécessaires avant de partir. Il n’est jamais trop tard pour mettre à jour ses vaccins.

Malgré les conseils des médecins, en général, il n’y a pas de paludisme au Pérou.


  • Vos médicaments habituels en cas de traitement.
  • Vitamine C ou polyvitamines.
  • Médicaments contre les douleurs: Paracétamol ou équivalent.
  • Anti-diarrhéique + antiseptique intestinal.
  • Traitement pour les rhumes ou maux de gorge.
  • Pommade anti-inflammatoire; collyre (poussière, ophtalmie).
  • Antiseptique (type Bétadine).
  • Pastilles purifiantes pour l’eau (Hydroclonazone, Micropur).
  • Bande adhésive élastique (Elastoplast) et pansements adhésifs + compresses.
  • Désinfectantes, double peau (protection contre les ampoules).
  • Crème type Biafine pour les brûlures.
  • Médicaments contre le mal de l’altitude (consultez votre médecin).

Les hôtels ainsi que les véhicules sont tous équipés de trousses d’urgence de premiers secours.
Pour une consultation médicale, contactez le personnel du lieu où vous logez ou votre voyagiste.


Il est la conséquence du manque d’oxygène. Cette maladie affecte généralement les personnes non acclimatées qui montent à plus de 2400 mètres. La plupart de nos voyageurs se rendront à Cusco où la pression atmosphérique avoisine les 680 millibars (alors qu’elle est de 1000 millibars au niveau de la mer) ce qui implique une diminution de 30% de l’oxygène dans l’air. Les symptômes apparaissent généralement durant les premières 48 heures de l’ascension (souvent même après) et sont caractérisés par des maux de tête, nausées, vomissements, manque d’appétit, altération du sommeil, sensation d’oppression, vertiges, palpitations, problèmes de concentration jusqu’à l’œdème pulmonaire.
Lorsque nous montons en altitude, notre corps réagit en fabriquant des globules rouges pour nous permettre de capter plus d’oxygène, ce qui se traduit par une sensation de fatigue les premiers jours. Pour avoir une acclimatation optimale en altitude élevée, un mois est nécessaire. Cependant on peut considérer qu’au bout d’une semaine, vous avez déjà une acclimatation acceptable.

Prévention:

Lors de votre arrivée en altitude, il est très important de réaliser des activités progressives. Nous vous conseillons de vous reposer le premier jour, de manger peu et léger et de boire le délicieux maté de coca.

Une mesure de prévention possible est l’ingestion d’acetazolamide (125-250 mg) deux à trois fois par jour, 48 heures avant l’ascension jusqu’à 48 heures après votre arrivée en zone d’altitude. Faites attention aux contre-indications.

Une autre méthode efficace est l’administration par voie orale de dexametasona (4mg) toutes les 6 heures, 48 heures avant l’ascension et durant le séjour en altitude.

Traitement:

Si vous souffrez de soroche malgré les mesures préventives, buvez beaucoup. Le paracétamol est efficace contre les maux de tête et la coramine limite les nausées. L’acetazolamide (250 mg) ingéré deux à quatre fois par jour combat efficacement les malaises et accélère le processus d’acclimatation. Il existe un médicament local, “sorojchi pill”, qui est assez efficace, et que vous pouvez vous procurer dans certaines pharmacies sur place.

Il est toujours préférable de consulter un médecin et de lire les contre-indications des remèdes. N’attendez pas de vous sentir très mal pour demander de l’oxygène trouvable dans les hôtels, pharmacies, hôpitaux et véhicules touristiques.

Hôtels et transports : Equipement d’oxygène.

Tous nos hôtels et transporteurs sont équipés de ballon d’oxygènes, n’hésitez donc pas à en faire usage en cas de besoin. Nos équipes sont généralement très attentives à votre comportement, et pourront d’eux même vous l’imposer.


Durant votre séjour, vous êtes responsables de vos bagages et effets personnels.

Lors des vols intérieurs au Pérou :

Le poids maximum autorisé est d’un bagage de 23 kg en soute et de 8 kg en bagage à main.

Lors de vos déplacements en train : Route pour le Machu Picchu : Aller / Retour

Bagages à main : 5 kilos sont autorisés.

Lors de votre montée au train en direction du Machu Picchu seulement 8 kilos de bagage par personne sont autorisés. Vous pourrez laisser vos bagages à votre hôtel de Cusco en consigne sécurisées, que vous retrouverez à votre retour.

Si vous logez en Vallée Sacrée après votre visite du Machu Picchu, notre chauffeur se chargera de déposer vos bagages à votre hôtel.

Note :

Seul les personnes réalisant le Chemin de l’inca auront la possibilité de passer ce poids de 5kg, a la seule condition de présenter un justificatif.

Lors de vos déplacements en train : Route Puno – Cusco

Bagages à main de 8kg et valise de 23 kg.

Le Pérou est un pays où les déplacements sont fréquents, il est donc conseillé de « voyager léger » et de n’emporter que le strict nécessaire, (un grand sac de voyage souple ou grand sac à dos ainsi qu’un sac de jour, plus petit).

Lors de votre séjour vous réaliserez divers achats personnels ce qui risque d’augmenter le poids maximum de vos bagages, autorisé dans l’avion pour votre retour. Il est donc préférable d’en tenir compte également.


Au Pérou, toutes les taxes d’aéroport sont incluses. Vous n’aurez donc rien à régler sur place.


  • Photocopies de passeport.
  • Photocopies de l’attestation d’assurance.
  • Argent liquide en us$ ou en Euros, Carte Bancaire.
  • Photocopie de votre programme.
  • Coordonnées téléphonique de notre agence:
  • Tel: (00511).593.71.06.
  • Nº d’urgence 24/24: 987.97.33.44.
  • Appareil photo ainsi qu’une ou deux batteries.
  • Bloc-notes.
  • Chapeau ou casquette.
  • Crème solaire indice 40, crème après solaire.
  • Lunettes de soleil.
  • Maillot de bain.
  • Crème anti-moustiques.
  • Vêtements chauds pour le soir (polaire, Blouson chemise manche longue).
  • Chaussures de marche confortable conçus pour la moyenne montagne.
  • Pantalons long, chemises légères à manches longues.

De mai à octobre, les nuits peuvent être très froides sur l’Altiplano et en Cordillère. Journées en général ensoleillées. En altitude, les amplitudes de températures peuvent très fatales. Le soleil se couchant, il est facile de perdre plus de 15 degrés en très peu de temps. De fait, il est recommandé d’avoir toujours sur soit une petite laine, ou un coupe-vent pour les fins d’après-midi.
En ce qui concerne les départs de Mars et Avril, nous sommes à la fin des saisons des pluies, il est recommandé d’emporter un vêtement de pluie surtout pour la partie jungle.


Prenez les précautions normales contre les vols à la tire. Portez sur vous une copie de vos documents d’identification. Gardez les originaux de ceux-ci et vos objets de valeur dans le coffre de votre hébergement tout en prenant soin de détailler ce que vous y laissez et de vérifier la responsabilité assumée par L’établissement. Portez vos objets de valeur discrètement ; ne portez pas sur vous de grandes sommes d’argent et surveillez vos sacs et vos valises.

Ne vous promenez pas à des heures avancées de la nuit dans des zones peu illuminées ou sans compagnie.

Il convient d’être vigilant, en particulier dans les lieux touristiques très fréquentés: marchés, zones piétonnes… Il est conseillé de prendre garde à l’usage délictueux de la scopolamine, drogue qui, mélangée à une boisson, des aliments ou inhalée (par exemple sur un mouchoir), cause une perte de volonté, de conscience et une amnésie temporaire.


Le Sol de Oro fut la monnaie nationale de 1931 à 1985 et fut remplacé par l’Inti jusqu’en 1991.Mais sa dévaluation fut si forte que le Nuevo Soles (S/.) (PEN) l’a remplacé pour devenir la nouvelle monnaie du pays (1.000.000 Inti était égal à 1 Nuevo Sol).

L’US dollar est accepté dans la plupart des commerces des grandes villes au taux de change du jour.

L’Euro quant à lui peut être changé dans les maisons de change nombreuses dans tout le pays.

Les paiements par cartes de crédit : Visa, Master Card, Dîners et American Express sont acceptés dans la plupart des commerces.

L’utilisation de traveller’s check est limitée.



Lors de tout paiement avec votre carte de crédit, assurez-vous du montant à régler, généralement le montant sera inscrit en Nuevo Soles, à vous de faire la conversion en Dollar ou Euro.

Lors du règlement ne vous laissez jamais distraire par une personne inconnue, restez concentré.

Si vous devez vous déplacer pour votre code ou signature, faites le vous-même, ne laissez jamais votre carte bancaire au personnel des lieux.


Les horaires d’ouverture des banques au Pérou sont en général, du lundi au vendredi de 9 à 18 h et le samedi jusqu’à midi. Dans toutes les principales villes, il existe des guichets de retrait automatiques. Il est conseillé de réaliser vos retraits dans les banques équipées de sas de sécurité.

Même procédure lors du retrait, ne jamais se laisser distraire par autrui et ne jamais quitter des yeux votre carte bancaire. Vous avez également la possibilité de réaliser le change dans vos hôtels. 


Le Pérou est situé dans une zone de forte activité sismique. Les recommandations de base en cas de secousses sont les suivantes:

A l’intérieur:

S’éloigner des fenêtres, des murs extérieurs, de tout meuble, tableau, luminaire susceptibles de se renverser. S’abriter sous une table solide ou tout meuble résistant ou rester debout sous un encadrement de porte.

A l’extérieur:

S’efforcer d’atteindre un espace libre, loin des arbres, poteaux électriques, murs ou bâtiments. Dans la voiture, s’arrêter au bord de la route et attendre à l’intérieur la fin des secousses.
Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours si nécessaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou avec le consulat de France en cas de problème de communication avec l’extérieur.


  • Petite bouteille d’eau = 2 soles
  • Coca Cola = 5 soles
  • Bière 320 cl = de 4 à 10 soles
  • Bière 620 cl = de 6 à 15 soles
  • Vin = à partir de 30 / 40 soles

Ne buvez que de l’eau en bouteille ou préalablement bouillie. Evitez les légumes crus et les fruits. Evitez de manger dans des kiosques offrant de la nourriture dans la rue.


Les hôtels sont tous équipés d’accès à internet par réseaux WIFI. Ils ont de même pour la plupart un ou plusieurs ordinateurs à disposions libre. Par ailleurs, il existe des cybers café un peu partout dans les villes traversées.

Le climat des Andes varie grandement selon l’emplacement, l’altitude et la proximité de la mer. La partie méridionale est pluvieuse et fraîche, tandis que les Andes centrales sont arides. Le climat peut parfois changer radicalement sur des distances relativement faibles.

Les montagnes jouent un effet important sur les températures des zones adjacentes. L’isotherme zéro est compris entre 4 500 mètres et 4 800 mètres dans les Andes et le nord du Pérou. Il s’élève de 4 800 mètres à 5 200 mètres dans les montagnes arides du sud et au nord du sud du Pérou, puis descend progressivement en progressant vers le sud.

Le Pérou compte plus de 80 microclimats parmi les 104 existants au monde.

Des moyennes de températures ou de précipitations peuvent vous aider et vous donner une bonne idée à ce sujet.

Les températures mentionnées ci-après sont exprimées en degrés Celsius et représentent les moyennes mensuelles observées sur un grand nombre d’années.

Il est très difficile, voire impossible, de prévoir le temps qu’il fera à un certain moment et à un endroit bien précis. La configuration géographique y contribue pour beaucoup. D’une vallée à une autre les conditions météorologiques peuvent changer très vites.

De mai à octobre, les nuits peuvent être très froides sur l’Altiplano et en Cordillère. Journées en général ensoleillées.

La côte :Les mois les plus chauds vont de décembre à février (25-30 °C). Les mois les plus froids de juin à août (15-20 °C). La garúa, une brume humide et persistante, comme un petit crachin, recouvre une partie de la région côtière (surtout Lima) de mai à mi-septembre.

L’Altiplano :De décembre à avril, c’est la saison des pluies. La température oscille entre 20 et 25 °C. Les nuits sont plus fraîches. Si possible, évitez de visiter les Andes à cette saison, d’abord et avant tout parce qu’on voit mal les montagnes, ensuite à cause des nombreux problèmes de communication. Mai est un bon mois pour le voyage dans les hautes terres. Les « andenes », ces terrasses agricoles construites à flanc de montagne, offrent alors la vision d’un superbe patchwork verdoyant, mais il pleut déjà beaucoup moins. De juin à octobre, c’est la saison sèche dans les montagnes. Les journées sont en principe chaudes et ensoleillées et les nuits fraîches, voire froides.

L’Amazonie : De décembre à avril, c’est la saison des pluies. De juin à août, c’est la saison sèche et il fait très chaud, au moins 30 °C.

Chaud dans la journée, assez humide de nuit.

lima et la cote


Chaud la journée et plus frais en soirée.

arequipa et le canon du colca


Ensoleillé la journée, froid la nuit (altitude : 3400 m.)

Cusco et la Vallee Sacree


Ensoleillé la journée, froid la nuit (altitude 3850 m.)

lac titicaca


Tropical ensoleillé, humide et chaud la journée,  nuit chaude et humide (altitude 350 m.). De décembre à Mars : saison des pluies.

puerto maldonado

Sur la région d’Arequipa et le canyon de Colca, les tissages traditionnels sont magnifiquement décorés, les amateurs de chapeau pourront se laissez tenter pour leur collection…

Le lac Titicaca, et particulièrement sur l’ile d’Amantani, ou les familles accueillantes, vous proposeront leurs propres productions à base exclusivement de tissages, gants, écharpes, et autres couvertures…

Cusco, là encore les tissages sont encore très beaux, et différents. Les amateurs peuvent se laisser, là aussi, tenter par des objets en céramique, mais un peu plus problématiques pour le voyage, comme des tasses, bols, ou autres petits objets décoratifs.

Dans la jungle, les Lodges disposent de boutique, proposant des tissus du peuple Shipibo, vivant dans la région. Superbes tissus très difficiles à rencontrer, et donc, d’un caractère unique.


La religiosité précolombienne persiste jusqu’à nos jours et plus spécialement dans le monde andin, à travers des rites ancestraux liant l’homme à la nature et où la Terre revêt une grande importance symbolique.

La Pachamama ou Madre Tierra, déesse de la fertilité, vit dans le Ukhupacha ou monde intérieur dont elle offre les fruits aux hommes pour leur alimentation. C’est pourquoi, compte tenu de la logique de réciprocité andine, les paysans la rétribuent en lui faisant des offrandes (pagos a la tierra).

Le Paqo (Chaman andin) est la personne qui réalise ces offrandes, principalement au mois d’août. Au départ ces rites étaient des rites agricoles, mais peu à peu ces rites se sont déviés, notamment grâce au syncrétisme religieux… aujourd’hui, on fait des offrandes un peu pour tout, la famille, la santé, le travail…

L’offrande consiste en feuilles de coca, argent non travaillé, chicha, vin et certaines graines de la forêt aux pouvoirs symboliques et magiques appelées huayruros. Ces ingrédients sont placés dans le despacho et le plus souvent, mais les protocoles peuvent différer, brûlés dans un endroit choisi pour ses caractéristiques favorables… jardin, champ… On rend à la Pachamama les cendres de ce qu’elle nous a donné

La même offrande est faite aux Apus, esprits des ancêtres qui vivent à l’intérieur des montagnes sacrées.

La coca, plante sacrée qui sert de médiatrice entre le monde du dedans (celui des Apus et de la Pachamama) et le monde du dehors (celui des hommes), est présente dans nombre de célébrations religieuses métisses des villages de l’intérieur et même des centres urbains.

Ses feuilles chacchadas, c’est-à-dire chiquées et formant une boule dans la bouche, mais non mastiquées, servent à se libérer de la fatigue dans les moments les plus durs du labeur. Dispersées sur une couverture étendue sur le sol, les feuilles de coca sont également “lues” pour prédire l’avenir.


Le Pérou est un pays multiculturel avec un vaste territoire, qui abrite des centaines de groupes ethniques et des coutumes différentes qui ont changé au fil du temps. Certaines n’existent plus, d’autres ont subi un changement radical, mais celles qui restent dans l’historique social fournissent un tableau complet de la tradition et le respect de ancestral.

Fondamentalement, et tout simplement, il y a trois régions du pays: la côte, les hauts plateaux et de la jungle, qui forment un conglomérat de cultures et de langues différentes qui représentent l’intégrité d’une nation. Dans chacune d’elle, se met en lumière la passion et l’amour pour les pratiques traditionnelles et ancestrales ancrées dans les esprits de tous les Péruviens.

Dans la région côtière, les traditions précolombiennes ont subi une fusion avec les nouvelles tendances de l’étranger. Résultat de cette influence, des danses traditionnelles ont vu le jour comme la pêche à Trujillo ou la Fête des Vendanges à Ica. Toutes  convoquent des milliers de spectateurs qui dansent et partagent les expériences quotidiennes de la région.

La région andine héberge une solennité mystique accordée à être attachée à l’identité du pays. Chaque expression artistique et religieuse maintient l’hégémonie d’un passé qui a influencé toute la région de l’Amérique du Sud à travers la céramique, le textile, la religion et la puissance socio-politique. Citons entre autre la célébration de l’Inti Raymi Cusco, la Fête du Soleil (développé à la forteresse de Sacsayhuaman) où est soulignée la puissance de l’Inca.

Enfin, dans la jungle péruvienne, les coutumes tribales dans chacune des régions ont, à l’heure actuelle, une indépendance de toute influence occidentale fournissant un halo de tradition et de respect de la nature qui les entoure. Des événements tels que La Saint Jean dans les domaines de l’Amazonas et Iquitos (principalement) ou sont organisées des danses et diverses activités religieuses liées à l’eau. De même la coexistence et la visite des tribus des Ashaninkas permet de connaître les différents modes de vie et le respect religieux pour la flore et la faune, traditionnels, à tout moment.


La cuisine péruvienne est considérée comme l’une des plus variée et originale au monde et détient le record Guinness de la plus grande variétés et diversité de plats typiques au monde (491).  Il est enregistré plus de 2000 soupes différentes et plus de 250 desserts… Le ceviche, la pachamanca, le chupe de camarones (Soupe de crevettes), l’ají de gallina et les juanes sont quelques-uns des plats qui ouvrent l’appétit des péruviens. La qualité et la variété de la cuisine sont associées à plusieurs facteurs.

Le premier facteur tient compte de la diversité écologique et climatique du Pérou (sa géographie présente 84 des 104 zones de vie existantes dans le monde entier). Ceci permet une offre de produits qui font le rêve des meilleurs chefs.

Les ressources de la mer péruvienne, avec une abondance de poissons et de fruits de mer, sont à l’origine de la richesse que présente la cuisine de la côte.

Les délicieux produits des Andes, comme les différents types de pomme de terre et de maïs, la viande de cuy (cochon d’Inde) et le très péruvien piment fort (ají) sont la base de la cuisine de la sierra et se trouvent dans tout le pays.

La forêt amazonienne ajoute des mets exceptionnels, la viande de gibier qui s’accompagne avec des bananes et des yuca (sorte de manioc). Parmi nos fruits, la chirimoya (annone) et la lucuma sont imbattables dans les desserts.

Le deuxième facteur tient à la mixture avec des traditions occidentales et orientales. Au long des siècles le Pérou a reçu l’influence espagnole dans les ragoûts et dans les soupes ; l’influence arabe dans les desserts, l’influence africaine dans la cuisine créole, l’influence italienne dans les pâtes, l’influence japonaise dans les poissons et les fruits de mer et l’influence chinoise qui a donné lieu à une des mixtures les plus populaires du pays : le chifa.

Mais l’originalité de la cuisine péruvienne ne se limite pas à la préparation de plats traditionnels, cette cuisine continue à se développer avec ses plus jeunes chefs qui élaborent des délices inédits avec des présentations impeccables.


L’espagnol est la langue officielle du Pérou ainsi que le quechua en campagne. L’anglais est pratique dans une large mesure, en particulier dans les hôtels et restaurant.


L’équilibre écologique de certaines régions que vous allez traverser est très précaire. La permanence des flux touristiques, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il campe. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun.